mardi 11 février 2020

Batardisation de l' hémicycle : jusqu’où peut-on aller ?


Le dernier bas niveau des débats parlementaires continue d’alimenter les réseaux sociaux et les discutions dans les salons de Nouakchott ,  et surtout de Nouadhibou et de Zouerate qui s' affrontent par députés interposés  !
Malheureusement, nous venons de découvrir que nous n’avons pas des législateurs dignes de ce nom ! En effet, l’échange de propos acrimonieux entre ces policés, soit disant,  nous fait découvrir que l’hémicycle est bourré de voyous de grands chemins, selon leur langage !
Nous prenons comme exemple  leur langage ,   et personne ne pouvait imaginer que des propos aussi  orduriers  et amers pouvaient sortir de leurs bouches, surtout qu’il s’agit du président de l’ assemblée nationale , un lieu au cœur de notre chère démocratie  et d’ un député maire d’ une grande ville  ! A qui la faute : nous sommes tous fautifs parce que nous ne  savions pas que derrière des hommes cultivés, des élus représentants du peuple,  il y avait  des monstres et des minables, qui légifèrent  notre vie de tous les jours !
On n’a pas besoin ici de chercher midi à quatorze heures : il faut  choisir des nouveaux hommes et des femmes parlementaires  avec un langage correct interdisant tous  les mots ‘’ bâtard’’ et’’ 48%’’, plus un stage concluant  sur le langage utilisé dans les hémicycles ! il faut aussi des formations parallèles dans les assemblées nationales des autres pays, surtout le Québec où les candidatures parlementaires  sont passées au peigne fin ! L’État mauritanien  doit créer un comité de sages pour l’examen des candidatures  à la députation !
 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire