mardi 6 décembre 2016

Ambas/RIM Washington : patrimoine national menacé !


Les locaux de l’ambassade de Mauritanie à Washington sont menacés de destruction par les autorités américaines, si l’Etat mauritanien n’opère pas leur réhabilitation et restauration illico presto ! Ce sont là les lois municipales en vigueur dans la capitale fédérale …
Le ministre des finances aurait suggéré devant l’assemblée nationale de vendre cette propriété qui appartient à l’Etat mauritanien, pour acheter une autre résidence !
La communauté mauritanienne basée à Washington, par patriotisme a dit niet à toute cette transaction, concernant cette résidence parce qu’il  s’agit d’un bien classé patrimoine à conserver situé dans le quartier le plus chic de Washington DC !                 Ils sont prêts à cotiser pour rassembler les montants nécessaires pour restaurer les locaux en question ! Que se passera t-il ? Les jours qui viennent décideront !  
Au-delà de ces débats connus, il y a surtout la décision définitive qui appartient aux Tiebtiaba qui ont pour seule religion une commission en liquide ! Ce sont ces derniers qui ont le dernier mot …
Depuis l’avènement des militaires au pouvoir en juillet 1978, les ambassadeurs ont pris l’habitude de vendre les ambassades ou chancelleries, patrimoines de l’Etat pour empocher des commissions  juteuses !
Les sociétés de courtage se moquent éperdument  des intérêts de l’Etat et cherchent toujours  un pauvre pays qui a une belle résidence à brader pour un petit montant !
Tous les ambassadeurs mauritaniens sans exception, ont trempé dans ce créneau et l’ancienne résidence qui a précédé celle-ci à Eliot Street avec un grand parc de dix kilomètres, a été vendue par un ancien ambassadeur à Washington, un libanais du nom de Nassim Kashman !
Un autre crime a été commis à New York , plus grave celui-là parce qu’il concerne aussi une vente d’une autre résidence à la cinquième avenue de New York . Ne parlons pas de l’ancienne résidence de la Mauritanie à Bonn et la liste est longue ! Rappelons aussi que les exigences avancées actuellement par la mairie de Washington sont bidons et on peut toujours les satisfaire ! Ce qu’on ne peut pas satisfaire par contre, c’est l’obtention d’une résidence ou une chancellerie à une place similaire …
Aujourd’hui, rares sont les domaines de qualité qui appartiennent à l’Etat ! Bientôt ce sera le tour de 5, rue Monte vidéo  et rue commandant marchand à Paris d’être bradées ! Wait and see  


  


lundi 5 décembre 2016

Limogeage du DGSN adjoint : une nouvelle victime de Limam Echavi !


Depuis longtemps on cherchait sa tête mais voilà que lui , en fait perdre à d’autres ! De quoi s’agit –il ?
Des sources bien informées signalent, que le dernier limogeage inattendu de Mohamed Abdellahi Ould Adda commissaire principal pourtant rompu aux renseignements et leurs analyses  et dû à ses rapports devenus douteux avec Limam Echavi  !
Il s’agit en effet, de la découverte d’une relation d’affinité entre Ould Adda et Ould Limam Echaavi , le trafiquant intercontinental  preneur d’ otages et convoyeur des rançons actuellement refugié au Maroc !  
L’information aurait été fournie par l’ex  commissaire de Sebkha monsieur Abdel Vettah nouvellement promu au commissariat spécial des stupéfiants ! Ce dernier qui séjournait au Maroc, rendait visite à un certain Havidhi qui dirige une fondation bien implantée au Maroc avec  des financements énormes de l’ex Jamahiriya libyenne !
Quelle a été grande la surprise  de Abdel Vettah de se retrouver nez à nez avec  Ould Chavi  , l’ homme le plus recherché par le pouvoir actuel , venu chez Havidhi dans la voiture personnelle d’ un certain Mohamed Ould Boubacar , ami personnel de Ould Adda et personnage très connu dans les milieux du mouvement de l’ Azawad dans le sud ouest malien  ! Les deux hommes venaient à une invitation organisée à Rabat par monsieur Havidhi …
Le policier découvrit également que l’invité de marque de cet événement  n’est rien d’autre qu’Ould Limam Echhavi lui-même ! Voilà qui mit fin à la vie professionnelle de Ould Adda , un flic professionnel bien connu !
Il faut dire que la présence de Ould Adda comme numéro deux de la DGSN devenait de plus en plus gênante  pour le Général Meguett qui était très jaloux de ses relations privilégiées avec  son patron, le président de la république ! Et voilà que l’occasion lui en a été donnée de s’en débarrasser une fois pour toutes !


jeudi 1 décembre 2016

Relations Paris/Nouakchott : la leçon de Mohamed Khouna !





Depuis un certain temps, la France nous a habitués à une humiliation constante au vu  et au su des pays africains et européens !
 Chaque fois qu’elle a besoin de  montrer sa supériorité ou sa grandeur sur un pays quelconque,  la France filtre à la Mauritanie des leçons d’ insulte en recevant à l’ Elysée , à Matignon ou à l’ assemblée nationale ,  les truands les plus décriés par l’ opinion publique pour montrer que ce sont des gens sérieux et que les gens du pouvoir ne comptent pas !
Ceci serait compréhensible si on laissait ces besognes à la presse, mais que le quai d’Orsay et  l’Elysée  s’en emparent  pour recevoir Biram , l’ esclave encore non affranchi en chef d’ Etat , cela est inacceptable !
Pourquoi  devons nous laisser monsieur l’ambassadeur de France en Mauritanie, faire ce qu’il veut à Nouakchott ? Pourquoi ne pas le  rappeler à l’ordre pour l’obligation de réserve que lui impose sa fonction ? De quoi avons –nous peur ?
Nous avons été humiliés par la façon dont le sieur Biram a été reçu à Paris, mais que cherchons-nous au juste en France par les temps qui courent ?  
Paris est incapable d’assurer sa propre sécurité, alors rien donc de ce coté là ! De l’argent , il n’y en a pas à Paris parce que les socialistes sont avares  !
Pourquoi alors ne pas aller faire ses amitiés et alliances nouvelles avec l’Amérique, les russes ou les chinois que ne demandent que cela, comme l’a fait Sékou Touré et les autres !
Tant qu’on n’a pas cherché d’autres alliances pour ignorer Paris, ce dernier  continuera à nous marcher dessus …
Nous n’avons aucune raison d’accepter  d’être les chiens de Paris ! Même la Somalie  est aujourd’hui mieux traitée à Paris que la Mauritanie !  
Cette question des relations avec la France, doit être posée  et examinée au plus haut niveau de la façon la plus sérieuse et  la plus approfondie qui soit !
Les mauritaniens sont connus pour l’intransigeance sur le respect de leur dignité parce qu’un peuple sans dignité n’est pas un peuple !   
Rappelons cette sagesse venue d’Atar pendant la deuxième guerre  mondiale : un commandant de cercle affecté à Atar a convoqué tous les chefs des tribus en leur disant ceci : « je vous informe que la patrie est en danger et a besoin de vous … Chacun de vous doit donc amener le double de ses impôts habituels sans dire un mot … La séance est levée »  
Un vieillard Boussati fraction El Ghoudhf, la barbe aux orteils lève la main pour parler malgré les protestations de l’interprète. Le commandant descend, lui prend la barbe et enfonce sa tête dans le sable !     
Malgré cette humiliation, la voix du vieillard reprend et le commandant  l’autorise à parler : « je m’appelle Mohamed Khouna , chef d’ El Ghoudf la tribu la plus faible des tribus mais je n’aime pas être à votre place ; vous n’ avez pas honte que les Allemands sont actuellement entrain de violer vos filles et vos femmes à Paris alors que vous êtes entrain de vous opposer à moi l’ homme le plus faible de la terre ! »
Les paroles de Mohamed Khouna ont fait connaitre au commandant, ce que veut dire la dignité humaine parce qu’il  a immédiatement rejoint la France pour faire la résistance contre l’Allemagne !

Deux ans après, il est  revenu à Atar avec un bras coupé et une médaille d’honneur. Il appela Mohamed Khouna pour le remercier de lui avoir appris d’être  digne ! Aujourd’hui, cette leçon de Mohamed Khouna doit nous interpeller pour rappeler aux français qu’ on ne peut pas  continuer à être humiliés ! 

mardi 29 novembre 2016

Visite en Adrar : la leçon du commandant colonial se répète ! !


L’Adrar et le Taguant se rejoignent pour exiger du président de la république de rester encore pour un troisième mandat !  
Ces deux régions se rejoignent sur plusieurs points : même géographie physique, leurs habitants sont nés des Mauritanides , ils vivent des produits dattiers et leurs cadres occupent toutes les fonctions de l’ Etat !
Leurs populations sont pratiquement des mêmes origines, par exemple les Idewalis viennent d’Aber (ancien nom de Chinguiti ) et l’ émir du Taguant monsieur Edane Ould Essoueid Ahmed est né au cours d’ une bataille à Atar même ! L’eau manque partout et on a le sens de l’organisation et de la civilisation !
Au début de la réunion des cadres à Atar, il y avait une discipline contrairement à Tidjikdja mais au fur et à mesure que la réunion continuait,  il y a eu le même vacarme et le même désordre qu’à Tidjikdja !   Donc les palmiers se ressemblent, leurs produits aussi …
Le comble, c’est que ces deux Wilaya ont la même exigence, celle de demander au président de la république de rester au pouvoir !  
Les gens d’Atar sont connus pour leur duplicité et restent même imbattables dans l’hypocrisie ; c’est qui a suscité le commentaire d’un ancien commandant colonial qui a séjourné dans l’ Iguidi des années durant            !
On dit que ce commandant là avait une civilisation mauresque digne de celle de Mohamed El Heddar !
Venu rejoindre son nouveau poste d’affectation à Atar, il reçût la visite de ses habitants qui l’ont inondé de louanges bidons comme quoi il était le meilleur de tous les commandants de cercle qui l’ont précédé !
Il leur dit ceci : «  je vous remercie pour votre accueil chaleureux et sympathique mais il y a un seul point sur lequel je ne suis pas d’ accord avec vous : vous avez dit que vous n’avez jamais vu un commandant plus méritant que moi, eh bien moi j’en connais un qui est meilleur  … »
Les chefs de tribus répondirent en chœur : « qui est-il ? »
Le commandant français répondit : « c’est celui qui me remplacera ! »
Sans vouloir accuser les gens d’Atar d’être hypocrites il y a un fait indéniable, c’est que toutes les localités jusqu’ ici visitées ont exhorté le président de la république à faire un troisième mandat ! Donc, un troisième referendum est dans l’air ! Pour éviter les dépenses de plus, ne faut –il pas inclure une nouvelle réforme constitutionnelle au projet déjà existant à savoir : « êtes-vous d’ accord pour un troisième mandat du président ?  » Cela fera moins de dépenses, tant on s’achemine visiblement et inéluctablement  vers cette problématique !

Seule une voie féminine s’est élevée  à Atar  contre le troisième mandat mais elle a été emportée par une pluie diluvienne d’applaudisseurs (Safaga) ! Attendons maintenant les visites à Zouerate et Nouadhibou pour connaitre des formules plus créatives que celles d’Atar et de Tidjikja !  Quant à la levée des couleurs , les anniversaires se suivent et se ressemblent !  

jeudi 24 novembre 2016

Levée des couleurs à Atar : le chef de l' Etat fera d' une pierre trois coups !


Ce n’est pas la première fois qu’Atar et sa région soient convoités par des gens venus d’ ailleurs !
Les dattes sont délicieuses et cette histoire n’avoir rien à voir avec  ce qui se passera dans les jours qui viennent en Adrar mais elle mérite d’être citée dans le sillage de l’événement !
Un jour l’émir du Trarza décida d’accomplir les cinq prières du jour à Atar, question de montrer sa puissance militaire à une époque où l’émirat de l’Adrar vit une disette sans nom !  
Pour s’assurer de sa victoire, il fut appelle à des alliés étrangers en l’occurrence des négro-africains (Koris ) !  
La colonne émirale était enthousiaste de prendre possession des palmeraies et d’y faire les quatre prières pour nipper la cour émirale de l’ Adrar , mais arrivée à une journée de la capitale Atar , l’ émir envahisseur décida d’ offrir un festin à ses Co-guerriers pour être en forme avant l’ attaque !
On servit les plats et un chef traditionnel Kori qui vit pour la première fois les dattes, et après en avoir mangé trois , il demanda à l’ émir où pousse cet arbre qui produit les dattes ?
L’émir répondit : « ici même en Adrar … » Le Kori réagit : « excusez moi  altesse, je retourne ; ces gens qui sont propriétaires de ces fruits ne nous laisseront pas rentrer … Au revoir mon ami émir ! »
Bien sur que Ould Abdel Aziz n’est pas un envahisseur ; il a conquis l’Adrar mais autrement en choisissant la voie paisible de les avoir pour beaux parents ! Et cette levée des couleurs à Atar a quelque chose de spécial parce que l’émir de l’Adrar est un homme de justice, et un grand résistant …

Le président Aziz fera d’une pierre trois coups : levée des couleurs, visite de prise de contact avec les populations et rendre hommage aux martyrs de la résistance ! Donc , ne pas confondre coups avec mandats ! Ahmed Daddah , ente vem ! lol 

mardi 22 novembre 2016

Coté Gabegie de la visite : le maire de Tidjikja pris la main dans le sac !

le maire Tidjikja ! 

Le projet ‘’pierres taillées’’ initié par l’ex CDHLCPI, bénéficie d’un énorme financement des partenaires au développement, la BAD en particulier, pour la création des emplois dans les régions  montagneuses telles que l’Adrar, le Taguant  et l’ Inchiri !
Récemment ce projet a connu une nouvelle phase avec le développement des infrastructures routières dans les différentes communes chefs lieux et Moughataa à travers  l’introduction de la pierre  taillée dans la construction des trottoirs, des points ronds et les façades des bâtiments administratifs !
La commune de Tidjikja , l’ un des grands bénéficiaires de ce projet  , dispose d’ un important équipement fourni par la direction de ce projet pour l’ insertion des jeunes !
Le maire UFP, l’un des fils de Khadjouha Mint Viraoune  aurait loué le matériel du projet à un cousin pharaon homme d’affaires de la place, détournant ainsi la pierre taillée de ces nobles objectifs, à savoir l’ insertion des jeunes dans la vie active !
Rencontrés par le chef de l’État au cours de sa tournée, un groupe de jeunes a dénoncé ce détournement des biens publics par le premier magistrat de la ville des Awlad Khadjouha !
Devant les plaignants, le président de la république, s’adressant au Wali, lui demanda s’il était au courant de cette affaire de malversation !
Le Wali surpris répondit en montrant le maire du doigt : « le voleur est devant vous, monsieur le président et il peut s’expliquer de vive voix … »
Ne trouvant rien à dire et pris la main dans le sac, le maire fut interrompu par le chef de l’État qui le somma de restituer les équipements du projet à la Wilaya, le lendemain avant la fin de la visite !  
On apprend que le Wali aurait réceptionné les équipements que l’antenne du projet est entrain de distribuer aux vrais bénéficiaires !  Voilà au moins un impact positif des visites présidentielles de prise de contact avec la base !
Une question se pose au demeurant : pourquoi le directeur de l’insertion, monsieur Bekaye , premier coordinateur du projet , n’a t -il pas dénoncé de telles pratiques ? Est –il complice ? Wait and see


lundi 21 novembre 2016

visite au Taguant : Djwengui vole la vedette !

Comme on dit, un homme fonde un émirat mais l’inverse n’est forcément  pas vrai ! Calme , digne et la grandeur dans la simplicité , un officier supérieur des douanes Khaled Ould Saleck en l’ occurrence actuel chef des bureaux des douanes du port de Nouakchott , a prouvé la véracité de cette sagesse populaire mauritanienne avec des moyens pourtant modestes !
La qualité de l’organisation de l’accueil  de Djweingui  du mardi dernier, a fait oublié à la suite présidentielle tous les lieux visités où on a pourtant investi beaucoup de moyens matériels et humains !
Djwengui est une localité située entre Letvatar et Achram , à 03 km environ de l’ axe El Emel où la beauté du paysage jointe à la discipline de ses habitants , ont fait de cette agglomération de la commune de Essoudoud , un moment mémorable des plus importants dans cette tournée présidentielle au Taguant où vivent pourtant des communautés émirales connues pour leur familiarité et tradition de recevoir des chefs d’ États nationaux et étrangers !
Cette fois, c’est la collectivité des Leaweissyatt basée à Djwingui qui a porté haut le drapeau de l’hospitalité et de la dignité dans le Taguant …Pourtant, rivaliser avec les Kounta  et les Idewiich n’est pas un diner de galas ! Leurs griots auront beau crié les louanges  de leurs maitres, mais l’organisation manquait partout sauf  à Djwingui où on voyait réellement la présence d’un chef d’État en visite !
Ceci est l’œuvre d’un seul homme, monsieur Khaled qui a géré et  réussi l’accueil dans cette étape ! La communauté de Leaweissyatt sait désormais qu’elle a un chef sur lequel elle peut compter et non l’un des moindres ! 
Grâce à ses compétences et son professionnalisme, l’homme a toujours prouvé ses qualités de meneur d’hommes dans les moments difficiles où les tiroirs du trésor public sont le lieu des reproductions des rats, souris et autres budgétivores ! Avec l’avènement de Khaled aux bureaux des douanes, ils sont transformés en coffres-forts abritant des milliards d’ouguiyas, qui changent chaque mois de montants à la hausse, le tout avec un sourire et une courtoisie qui désarment les ennemis les plus irréductibles du budget de l’État !
Avec l’étape de Djwengui , il faut désormais savoir compter avec la communauté  tribale des Leaweissyatt dans cette Wilaya du Taguant !
Pour la première fois en effet, le président de la république visite un lieu qui n’est ni un centre administratif ni une commune, question de rendre un vibrant hommage aux ancêtres de la collectivité des Leawessyatt qui ont payé de leur sang pour libérer la patrie !

En contribuant à cet accueil, Khaled a non seulement rendu justice aux vivants de ses compatriotes, mais il a surtout chéri la mémoire de ses glorieux ancêtres qui ont donné le meilleur d’eux mêmes à la Mauritanie d’aujourd’hui !