mercredi 13 novembre 2019

Le BASEP va -t-il déménagé ?



Le président de la république, monsieur Ould Ghazouani , a-t-il finalement décidé de satisfaire l’ une des revendications principales de l’ opposition traditionnelle à savoir la suppression ou l’ éloignement du BASEP , le bataillon de sécurité  le plus redoutable de l’ armée nationale ,  des alentours du palais présidentiel ?  C’est l’une des conditions sine qua none de l’opposition radicale à toute forme de dialogue politique !
Peut être  que oui, parce qu’on n’a vu aucun élément de cette division à la visite présidentielle à Chinguetti dans le cadre de la 9eme édition du festival  national des villes anciennes !
Durant ce déplacement, la sécurité présidentielle a été assurée par des éléments de la garde nationale bien à la hauteur de  cette mission, avec l’aide des gorilles pour la sécurité rapprochée !
On rappelle tout simplement que l’opposition reprochait au BSASEP le fait d’être composé d’ une ‘’milice’’ recrutée suivant des critères subjectifs  de confiance choisis par l’ex président Mohamed Ould Abdel Aziz , pour assurer sa sécurité rapprochée  et surtout ‘’usurper’’ le pouvoir ! Mais en matière de sécurité présidentielle chaque président fait comme il veut, et n’a aucun compte à rendre conformément à la constitution … D’ accord dit l’opposition, mais encore faut –il confier la sécurité présidentielle à un corps républicain comme la gendarmerie nationale qui se chargera aussi de coordonner les autres aspects de la sécurité du président et de la première dame ! Ghazouani va-t-il prendre un décret dans ce sens ? Wait and see

lundi 11 novembre 2019

Chinguitti : le festival des couleurs !


La thématique officielle de cette édition 2019 du festival  national des villes anciennes, renvoie  visiblement à  un autre festival de couleurs incarné  ici par les couleurs des boubous  , voiles ,  pagnes et gandouras marocaines et algériennes , des participants  !
La couleur – chanson a été dédiée à la jeune griotte Mint Abba  , harmonieusement  habillée en vert olive scintillant , le tout assaisonné d’ un chant fantastique  autour des louanges de gloire du prophète Mohamed (PSL ) !
Mais la couleur la plus originale était celle du boubou du président Ghazouani , venu à la soirée avec une tenue traditionnelle  bleu Seyga , sur mesure et une  chemise gris à motifs ! Cette tenue présidentielle ne rappelle pas , l’ accoutrement de l’ ex président Aziz qui venait toujours avec un ensemble blanc Ezbi , offert par Ould Echwekh , dit monsieur Bazin ! Ici , quand même Ghazouani contraste avec Aziz , ne serait-ce que sur le plan de l’ accoutrement ! Lol
Le look présidentiel est important et Ghazouani a probablement choisi cette tenue du jour en bleu-Seyga  pour marquer la rupture ! C’est la communication par image parce que  le bleu dégage le sérieux et l’ autorité que l’ on connait à l’ homme ! A suivre

dimanche 10 novembre 2019

Festival de Chinguitti : festivités dans la cupidité ! !


La 9eme édition du festival  national  des villes anciennes qui se déroule depuis ce matin à Chinguetti a été marquée par un discours succinct du président de la république qui a tenu à faire remarquer que Chinguetti est un minaret du savoir, avant de souhaiter la bienvenue aux délégations algériennes et marocaines participantes !
Après la cérémonie d’ouverture  organisée dans une tribune au nombre de sieges  limités sous haute sécurité, Ould Ghazouani a visité les stands d’exposition mauritaniens, marocains et algériens garnis d’objets  historiques et artisanaux précieux ! Visiblement Ghazouani n’ a pas amené avec lui assez d’ argent pour acheter quelques articles exposés ! Pendant son lèche-vitrine austère, le président de la république  a marchandé sur le prix d’une Gandoura algérienne, qu’il n’a pas finalement acheté à cause dit-il ,  c' est une exposition hors saison d' un vêtement pour la saison d’ hiver qui n’ est pas encore arrivée ! En bon Boussati , Ghazouani a fait surtout preuve de marchandeur attitré  , donnant ainsi  le bon  exemple aux membres de sa délégation qui n’ avaient ni chèques ni porte-monnaies , ni cash  ! Rien du tout ... Quelle austérité! Seul le SNIMARDd avare monsieur  Mohamed Salem  Ould Béchir , actuel ministre secrétaire général de la présidence et ancien premier ministre malgré lui ,  a acheté une bague artisanale , après avoir négocié  son prix  subventionné de 150 ouguiyas MRU ,  avec les exposants algériens !Même Ahmed Ould Daddah Miskine  ,le vieux  opposant politique  en traversée de désert  ,  a acheté  plusieurs  objets pour soutenir et  encourager ce festival   ! Mais le  prix de la politique est énorme et il faut savoir le payer ! Le festival de Chinguitti continue pendant dix jours , dans cette cité historique  où l'affluence est très  faible comme le pouvoir d' achat ! Seul Khattri Ould Dié , le patron autoproclamé de la fédération du tir à la cible , a bien ''ciblé '' sa requête en  déclarant franchement  devant Ghazouani , que les relations avec l' État du Qatar doivent reprendre pour faire circuler l' argent et secourir les populations déshéritées de Bilad Chiguitt  !  Mais de quoi je me mêle , dirait Ghazouani  ...

jeudi 7 novembre 2019

Mafia de la pêche à NDB : comment lutter contre l' organisation ?


Les populations de Nouadhibou meurent de faim et de sous- alimentation, sur la cote la plus poissonneuse du monde ? Pendant qu’il n’ya pas de poisson dans 80 à 90 % des marmites des ménages, des armateurs mafieux font des captures de juvéniles à la pelle  , destinées  à l’ exportation et la production de farine de poisson et d’huile,   qui rapportent des devises étrangères pour les vacances en Europe et l’ acquisitions de villas à Paris ou à Las Palmas  ! Quel contraste !
Ce n’est pas facile à démanteler cette mafia de la pêche qui prospère  aujourd’hui  grâce aux usines de farine Moka polluantes,  installées dans les zones d’habitations   ! La pègre ne se suffit pas d’affamer  les populations, il faut encore les intoxiquer par la fumée, le bruit et l’ odeur macabre  de la farine de poisson pourri   
 Mais le président Ghazouani connait tout, pour avoir été directeur de la sureté nationale pendant longtemps ! Il sait que  Nouadhibou vit toujours sous la mafia de la pêche  depuis trente ans ! Les jours se succèdent, les régimes aussi mais la pègre reste toujours aux commandes de la pêche ! C’est toujours les mêmes : Abbass Bougherbal  , Fadel , Yahefdhou ,  Ould Taya , Limam O /Ouleyda , Ahmd Chreif , Jeilani et la liste est longue  !
Mais savez-vous quelle est  le l’énigme du jour : dans le secteur de la pêche il n’y a pas un seul Boussati qui opère, ni au sein de la mafia, ni parallèlement  ! Si le  nouveau régime fera un changement, ce sera certainement pour  démanteler ce système de trente ans, ce qui n’est pas facile parce qu’un quart de siècle d’implantation d’une mafia, il faut une main de fer  et une volonté politique déterminée ! La mafia, c’est un sujet politique qui s’ impose et tout pouvoir doit faire avec …
Mais pour démanteler ce système mafieux corrupteur,  le nouveau régime a un atout majeur différent des autres gouvernements : les boussatis constituent une  partie de la population  opérant dans tous les secteurs sauf celui de la pêche qui est hermétiquement fermé aux gens honnêtes et les diplômés chômeurs qui s’ y intéressent ! Il y a quarante deux usines MOKA en Mauritanie ,  qui appartiennent aux gens des différentes tribus, mais on n’y compte pas un seul Boussati , ni un diplômé chômeur   Dés qu’ un bras de fer est engagé  par le pouvoir dans le cadre de la politique de l’ emploi  , c’ est toujours la mafia qui sort gagnante ! A suivre

mardi 5 novembre 2019

Pêche : les momies de la FNP !

Savez-vous qu' il y a des pharaons dans la zone franche de Nouadhibou , dans le secteur de la pêche artisanale et industrielle ? 
Est-ce que le nouveau président Ghazouani sait que la FNP (fédération nationale de pêche) est toujours entre les mains des mêmes personnes qu’il y a un quart de siècle ?  Le bureau de la fédération est composé de 31 membres, dont 16 vices- présidents et 16 présidents de section, qui sont les mêmes qu’il y a trente ans ! Voilà ce qu’on appelle les vraies momies du secteur de la pêche en Mauritanie ! Est-ce que vous savez aussi que ces membres du bureau de la FNP, donc ces momies ,  sont des espions des clients nippons (Mitsubishi et Marubeni ) qu’ ils informent sur l’ état des stocks de la SMCP , la quantité et la qualité du poisson !  Certains d’ entre eux sont même rémunérés pour cela !
Si l’on veut résoudre définitivement  le problème récursif de la commercialisation du poisson mauritanien, eh bien c’est très simple : il faut changer le bureau de la fédération de pêche dirigé depuis un quart de siècle par Elemine Ould Hamoud et Ould Sadigh  dit le secrétaire général inamovible !
Notre pays dispose donc de la fédération de pêche la plus vieille du monde dont les membres sont les vrais faussaires intouchables  du secteur ! Pêche illicite, transbordements clandestins en haute mer,  fausses déclarations d’espèces,  captures et trafic d’espèces marines protégées, voilà le lot quotidien de la mafia de la FNP à Nouadhibou,  dont on désigne les membres indéboulonnables, de criminels en col blanc du secteur de la pêche en Mauritanie !
Mais une question se pose : pourquoi  le collège électoral de la FNP composé d’armateurs, élit toujours les mêmes dirigeants pour la fédération depuis trente ans ?  Çà c’est la vraie devinette … C’ est simple à trouver  pourtant , parce que les 31 membres du bureau de la FNP sont tous des armateurs mafieux qui font appel à des procédés frauduleux pour échapper au fisc et accroitre toujours leurs bénéfices ! 
Le président Ghazouani fera t-il un coup de balai à la FNP, devenue un État dans l’État ? En tout cas, son ministre des pêches Nanni Ould Chrougha le sympa ,  qui bisse au département après une intermittence éphémère, a aujourd’hui  un bilan de 100 jours hautement positif ! Y  restera t-il comme un poisson dans l’eau ? Pourra t-il cohabiter avec la mafia du secteur ?  Wait and see  


dimanche 3 novembre 2019

Devinettes de Nouadhbou : l' argent des Mokas a t-il une odeur ?


Savez-vous que  les gens les plus fauchés actuellement à Nouadhibou sont les armateurs de la pêche industrielle qui sont pourtant  les vrais argentiers de la capitale économique ?  
Savez-vous aussi que la dernière vente du poisson est une opération de bradage du produit, qui n’a profité qu’à la CDD, et encore dans une moindre mesure parce qu’il n’y avait pas eu de taux d’intérêt !
Après la vente de leurs produits, les armateurs mauritaniens restent  aujourd’hui endettés  auprès de la CDD, qui a bénéficié directement du virement  dans son compte des montants  de la vente  des stocks de la SMCP,  en souffrance depuis plusieurs mois dans les chambres froides, à cause des négociations bidons avec les clients nippons ,  bien informés sur l’état des stocks mauritaniens   ! La durée des stockages, les coupures intempestives d’électricité, sont les principaux  facteurs qui ont entrainé une dépréciation du produit mauritanien, finalement  bradé par la SMCP pour approvisionner la CDD !  
Aujourd’hui, les armateurs déshérités ,  comptent les poteaux à Nouakchott à la recherche des nouveaux financements de la CDD en perspective des prochaines ventes qui ne promettent pas d’être meilleures , tant la nouvelle politique de pêche n’ a pas encore vu le jour !  Seul Weittat  dit l’armateur des Mokas et  député ère nouvelle de Kermeceine  ,  tire son épingle du jeu en vendant à tout vent la farine pourrie et l’ odeur nauséabonde des Mokas , qui polluent Nouadhibou   ! Mais l’argent  a-t-il   une odeur … Ente vem l' émir !Dans cette galère qui ne dit pas son nom , l' homme d' affaires Sidi Ould Taya joue un rôle de vrai catalyseur de solutions grâce à sa sagesse et à son expérience dans le secteur ! LTV lui envoie ses compliments et gentillesse et lui présente ses excuses ! A suivre 

jeudi 31 octobre 2019

Secret de Nouadhibou : Le silence des Mokas !


Savez-vous  quelles sont les usines de production qui mettent les clés sous le paillasson durant le passage des chefs d’Etats, de premiers ministres ou du ministre des pêches à Nouadhibou ?  Et pourquoi ? Cette énigme devient une charade des stéphanois et elle est enseignée aux enfants au primaire et au jardin ! A la maternelle, c’est une unité éliminatoire pour les enfants qui ne savent pas que les Moka( usines de production de la farine de poisson) ,  n’ouvrent jamais pendant les visites de chefs d’États ou de premiers ministres, de crainte d'une décision de fermeture à cause des odeurs nauséabondes qu’elles font répandre dans toute la ville de Nouadhibou ! C 'est le silence macabre des machines ... Autre question : savez –vous également qu’à cause de la pollution et des odeurs de la farine des Mokas , les habitants autochtones de Nouadhibou ont quitté la ville depuis longtemps  pour céder leur place aux étrangers africains candidats à l’ émigration clandestine  vers l’ Espagne et l’ Europe ?  Savez-vous aussi que l’autorité de la zone franche , vieux caprice de tous les chefs d’ Etat mauritaniens qui se sont succédé ,  et qui devait faire de Nouadhibou la Suisse de l’ Afrique soit disant ,  a échoué et aujourd’hui  la ville est moins développée que  Magadichou sous l’ autorité des Chebabs de Somalie  !  Savez-vous  aussi  que le président actuel de la zone franche  de Nouadhibou monsieur Ahmed Tijane   ,  est un adolescent  insignifiant qui ne comprend rien dans la capitale économique, Nouadhibou, ville frontalière, pépinière de cadres compétents,  qui abrite toutes les ressources  économiques du pays ! Avec ses cotes poissonneuses, son port minéralier et ses sites touristiques historiques,  Nouadhibou peut se prévaloir d’un statut de ville prestigieuse ! Le poste de président de l’autorité de la zone franche  va d’un  nullard à un autre ! C’est pourtant  une profession intellectuelle supérieure qui ne doit pas être confiée à n’ importe qui !    A suivre les autres devinettes de Nouadhbou